AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 You know you love me • Riley&Milo

Aller en bas 
AuteurMessage
Milo T. Clayton

avatar

Messages : 101
Date d'inscription : 03/03/2011
Age : 25

ma petite vie.
relations :
histoire, en bref:
caractère:

MessageSujet: You know you love me • Riley&Milo   Lun 7 Mar - 11:49


RILEY & MILO


    Me foutre la tête à l’envers, voilà ce qu’était devenu ma vie. Je ne vivais plus le jour, moi je vivais la nuit. Ma journée commençait à 18h et se finissait à 6h. Sortir, boire, baiser, c’était ma vie. Presque un an que mon train de vie se réduisait à ça. Et j’en étais fier. L’alcool me faisait tout oublié. Et la baise m’empêchait de m’attacher à quelqu’un. Parce que ça non je ne le voulais plus. Plus d’attache, plus de sentiment, plus rien. Qu’une bonne partie de jambe en l’air. Et en parlant de partie de jambe en l’air, Riley devait surement m’attendre. Il était 4h du matin passé, j’étais bourré comme un coing et William était entrain de rouler une pelle à une fille à côté de moi, dans le canapé de la boite. C’était maintenant ou jamais si je voulais aller rejoindre Riley pour que nous puissions finir la nuit ensemble. William était bien trop bourré et trop occupé pour s’apercevoir que je fichais le camp, alors c’était parti, je passais par les vestiaires de la boite pour récupérer ma veste, l’enfilais et sortais dehors. L’air frais me fouetta le visage et cela me fit un bien fou. Cela me permit de remettre quelque peu mes idées en place. Ce soir, avec William nous avions décidé de nous mettre minable et cela avait plutôt bien fonctionné. Avec William, on se faisait toujours de ces pures soirées dont jamais aucuns de nous deux nous nous rappelions. Il n’était pas mon meilleur ami pour rien. Avec Will, on vivait la nuit et on aimait ça. Je pressais le pas pour arriver plus vite chez Riley. Riley, notre relation était disons particulière. Avant, elle n’était pour moi que la colloc de mon meilleur ami. Puis nous avions commencé à sortir et à se mettre minable tous les soirs. Et une chose en entrainant une autre, un soir nous avons couché ensemble. Ce fut la première fois d’une longue lignée. C’était simple, on baise, on prend son pied et ca s’arrête là. Avec Riley, c’est pas d’attache, pas de sentiments et ça nous va très bien. Le trajet jusqu’à chez la jeune femme me prit bien vingt minutes. D’habitude j’en mettais même pas dix. Mais là j’avais vraiment forcé sur les shoots de tequila. Je puais l’alcool à plein nez. Je n’étais pas mettre de tous mes actes non plus. Je commençais à frapper un peu trop fort à la porte de l’appartement de la jeune femme. « Riley ! ». Oui quand je suis bourré, je suis bruyant. Je devais surement être entrain de réveiller tout l’immeuble mais tant pis. J’avais envie de Riley, là maintenant tout de suite. Au bout de quelques secondes, la jeune femme m’ouvrit en me priant d’arrêter de gueuler comme un veau. Je la détaillais de la tête au pied. Putain qu’elle était bien gaulée. Sans rien lui répondre, je me jettai sur ses lèvres en la poussant par la même occasion dans l’appartement. Refermant la porte du bout du pied, je la plaquais contre le mur, enlevant ma veste que je laissais choir au sol. Oui bon je n’y allais pas par quatre chemins, mais en même temps j’étais là pour ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riley Phoenix Robinson
    ADMIN — catch me if you can

avatar

Messages : 206
Date d'inscription : 26/12/2010
Age : 23
Pseudo : Daphné

« fuck it »

so let me thank you for your time but try not to waste any more of mine. Get out of here, fast. (...) Who cares if you disagree? You are not me. Who made you king of anything? So you dare tell me who to be ? Who died and made you king of anything?


ma petite vie.
relations :
histoire, en bref:
caractère:

MessageSujet: Re: You know you love me • Riley&Milo   Mar 8 Mar - 0:06


    I know you want me You spend all your time preaching about waiting for love. Well here it is. Right in front of you, and you're going to turn your back on it. So I guess we're just f*ucked. I'll move on. But you are going to have to live the rest of your life knowing that you've turned your back on love. And that makes you a hypocrite. Have a nice life.


    Je ne savais pas grand chose de Milo, hormis que c'était l'ami de William. Et qu'il baisait bien. Damn it, comment j'en étais arrivée là ? En fait, je ne m'en plaignais pas. J'avais toujours beaucoup aimé la musique et chercher des remix à passer sur internet, c'était bon. Et on me payait pour ça. Juste parce que je n'avais pas de problèmes à me trimballer en chemise et sous-vêtements, peut-être. Avec ça et ce que mes parents me versait,je faisais ce que je voulais et ça, ça, c'était bon. Il y a les Bourges qui sont obligés de tenir tête pour leur image, mais je pouvais vomir dans une bouche d'égout, tout le monde s'en fichait. J'avais quitté les diners d'affaires de mes parents pour me retrouver à échanger des billets verts contre... autre chose de vert. J'étais étrangement restée à la maison ce soir là, c'était en fait quelque chose de rare que je sorte le dimanche soir. J'avais enfilé des sous-vêtements et je m'étais posée sur la canapé, avec une bouteille de mon amie vodka et le sachet d'herbe. Je n'avais pas tardé à mettre Shinning, qui avait commencé à ne plus rien me faire après l'avoir vu une dizaine de fois. Je n'aimais pas trop les comédies, les américains étaient clichés, les français étaient des boulets... ça me donnait plus envie de pleurer que de rire. Alors j'avais opté pour un vieux truc, une dose d'alcool chargé, et des joints. Je jetais le briquet sur le coussin du canapé à côté de moi et posait mes jambes sur la table, il était deux heures et demi. Je ne savais même plus ce que j'avais fait avant, mais j'avais du vomir, car je ne ressentais pas du tout le fait d'être bourrée. Un blackout comme souvent. Je n'y faisais même plus attention, à force, une habitude qu'on prend. Et on finit par aimer ça, ne plus rien savoir pour ne pas regretter, ne pas penser à la suite. On ne vivait pas au jour le jour, mais à l'heure. Presque à la seconde, en fait. J'avais fini la bouteille et mon cinquième joint alors que j'entendis gueuler. Oh, le con. J'éteignais le film ainsi que le mégot encore incandescent avec de me retrouver face à ma porte, ne portant rien de plus qu'un débardeur et ma lingerie.
    D'un seul coup, je ne réfléchissais plus, c'était un autre monde. J'avais à peine les lèvres collées à celle de Milo que je passais mes doigts en dessous de sa chemise. Pas de bonjour, rien, c'était comme ça que ça marchait le mieux. Tout se bousculait, moi comprise, je me retrouvais contre le mur, après avoir entendu la porte se refermer, je l'attirais contre moi. Sa veste tombait au sol dans le précipitation et je me pressais de faire subir le même sort à sa chemise. Je l'arrêtais un instant, en le regardant droit dans les yeux. « Le couloir, sans déconner, tu sais qu'on a des chambres ? » Je souris, merde, il était bourré et moi totalement défoncée. Ça se sentait. Je passais mes mains dans ses cheveux, avant de me recoller contre lui, peu importe ce qu'il décidait, c'était ce que je voulais.




_________________

“ We all have been degraded
We all will be the greatest.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://montreal.forum-canada.net/t53-mrs-robinson-it-s-just-a-ca
Milo T. Clayton

avatar

Messages : 101
Date d'inscription : 03/03/2011
Age : 25

ma petite vie.
relations :
histoire, en bref:
caractère:

MessageSujet: Re: You know you love me • Riley&Milo   Lun 14 Mar - 10:47


RILEY & MILO


    J’avais mis énormément de temps à arriver jusqu’à l’appartement de Riley, celui qu’elle partageait avec mon meilleur ami William. J’avais du me tromper de chemin au moins trois fois, alors que je connaissais par cœur la route, mais après avoir titubé pendant des lustres, j’étais enfin arrivé. Il était tard, j’étais saoul, Riley défoncé mais nous avions l’habitude. C’était à ça que nous marchions. Je ne sais pas comment nous avions fait pour augmenter autant la fréquence de nos nuits ensemble. Ca avait dérapé une fois, puis une deuxième, une troisième et nous ne comptions même plus maintenant le nombre de fois où j’étais venu la rejoindre. Ce petit jeu durait depuis quelques semaines. Il était hors de question d’attache pour nous. On baisait, on se faisait plaisir et ça s’arrêtait là. Pourtant, depuis une ou deux semaines, une chose bizarre se produisait en moi. Je commençais à détester quand des gars l’approchaient ou que je savais qu’elle n’allait pas coucher avec moi ce soir mais avec d’autres. Jaloux moi ? Non impossible. Je devais être particulièrement bourré pour penser des trucs comme ça. Je m’étais juré de ne plus jamais retomber amoureux et ce n’était pas aujourd’hui que ça allait arriver. Surtout de Riley, qui était mon double, mais au féminin. Elle se tapait autant de gars que moi je me tapais de filles. Franchement vous nous imaginez ensemble ? Ouais, c’est bien ce que je me disais. Pour l’instant, l’heure n’était pas à se demander ce que je ressentais pour Riley mais à la baiser. Oui j’en avais très envie, elle était en sous-vêtements devant moi et à priori elle le voulait autant que moi. En même temps nous avions prévu de nous voir ce soir alors si elle n’en avait pas envie, je ne sais pas ce que je foutrais là, bref. « Le couloir, sans déconner, tu sais qu'on a des chambres ? ». Je lui réponds en l’embrassant, alors qu’elle venait de se recoller contre moi. Je me pressais d’enlever ma chemise et de la jeter plus loin, au sol. Bon après elle avait raison, nous n’allions peut-être pas faire ça ici même. Ce n’était peut-être que du sexe mais je n’allais pas la prendre ici non plus, un minimum de confort quand même. Une main dans son dos, l’autre qui passait derrière ses jambes, je la prenais dans mes bras de façon à la porter jusqu’à sa chambre. Je m’emparais à nouveau de ses lèvres alors qu’elle avait passé ses bras autour de mon cou. Une fois arrivé à destination, je la posais sur son lit et je commençais à déboutonner mon jean, avant de l’enlever et d’enlever mes chaussettes parce que oui, baiser avec des chaussettes ce n’était vraiment pas classe et ça faisait gros beauf, puis je venais vers Riley, l’embrassant dans le cou en lui enlevant son débardeur. Mon envie se faisait très pressante, j’avais déjà la gaule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: You know you love me • Riley&Milo   

Revenir en haut Aller en bas
 
You know you love me • Riley&Milo
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Joli Black Love ...p..6
» 10 - 49 IC... Love me do des Légendes Celtiques (New P2 ! )
» Riley > News à chq pages!
» Riley est arrivé ! > Photo p.1
» PEARLY'S LOVE AND ETHOLOGIE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Montréal. :: L'amuserie :: ♣ corbeille-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit