AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

  ♣ and i was like WHAT? - bettylou&william

Aller en bas 
AuteurMessage
W. Alexis Acosta-Gagnon
    ADMIN — catch me if you can

avatar

Messages : 580
Date d'inscription : 02/05/2010
Age : 24
Pseudo : Fleuve.

well, you're a hot mess and i'm falling for you, and i'm like hot damn let me make you my boo cause you can shake it shake it shake it. yeah you know what to do. you're a hot mess, i'm loving it, hell yes


ma petite vie.
relations :
histoire, en bref:
caractère:

MessageSujet: ♣ and i was like WHAT? - bettylou&william   Ven 4 Mar - 18:30

    Ils avaient un don pour me faire chier. J'étais à peine éveillé, en réalité, mes yeux étaient encore tout collés, je n'avais même pas été faire mon tour matinal aux chiottes que je voyais, en plein sur le mur facebook de mon meilleur ami que ma colocataire et partenaire domestique, Riley, lui proposait d'aller faire la fête. Sans moi. Les connaissant trop bien tout les deux, je pouvais déjà aller m'acheter des bouchons pour les oreilles. Je détestais quand ça se produisait. Être la troisième roue du vélo (parce que je ne pouvais pas être la cinquième roue du carrosse, nous n'étions que trois.) Ne vous méprenez pas. Je m'en fous s'ils couchent avec n'importe qui, seulement, quand ils vont vers les autres, j'ai toujours un ami avec qui aller a la chasse. Là, j'étais all alone. Comme... ce mec qui tue pleins de gens dans tout ses films. Pas Jackie Chan, l'autre... RAMBO! Donc voilà, je m'étais levé ce matin là, j'avais vu les publications et je n'en avais pas été réjouit. Ils auraient pu, au moins, faire ça en privé, je sais pas... Ou encore pas un vendredi soir. Le vendredi, c'était LE soir. Mais bon, j'étais un grand garçon, je trouverais bien, au final, une façon de sortir de toute façon. Peut-être – bon disons, certainement – ramener une grande blonde. Je passai une journée plutôt ordinaire : devant la télé à essayer de comprendre pourquoi tout le monde aimait glee, sans vraiment comprendre : les filles étaient aussi habillées que ma grand-mère. Rien de trop intéressant quoi. La soirée venue, je me préparai à sortir, comme tout les vendredis. Je pris ma douche. Mis des vêtements convenables pour la drague en solo : un pantalon noir soyeux, chemise tout aussi noire, les deux premiers boutons ouverts. La classe, quoi. Je chaussais mes dr martens noires cirées, sans pour autant les attacher, et j'enfilai mon manteau; il y avait toujours cette petite neige qui tombait du ciel : vive Montréal. Je sifflai un taxi, découvrant à ma plus grande déception qu'il ne s'agissait pas du taxi payant. Le chauffeur me demanda où je voulais aller. Sérieusement, je n'y avait même pas réfléchi. J'ouvris mon téléphone pour trouver un bar où la soirée serait bonne, quand il s'ouvrit sur ma page facebook, ou j'avais fait des commentaires sur une publication de Betty-lou, ma louloute. Je n'avais pas été la déranger depuis un moment, et j'avais plein de choses à lui raconter. Alors, je donnai son adresse au chauffeur. Il était 22h. Qui dort à 22h. J'arrivai sur le plateau, où elle vivait, et je me rendis directement jusqu'à sa porte où je toquais. Pour vu qu'elle ne sois pas partie... remarquez, ce n'était pas trop son genre.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://montreal.forum-canada.net
Betty-Lou Guillemot

avatar

Messages : 137
Date d'inscription : 03/03/2011
Age : 26
Pseudo : Grudge

ma petite vie.
relations :
histoire, en bref:
caractère:

MessageSujet: Re: ♣ and i was like WHAT? - bettylou&william   Ven 4 Mar - 19:00


«Newspaper taxis appear on the shore, waiting to take you away. Climb in the back with your head in the clouds, and you're gone » - william, plateau mont-royal, in loft. chant


writer Mes parents étaient partis en voyage d'affaire, tout droit direction la France. C'était la huitième fois qu'ils traversaient l'Atlantique pour le travail - sans moi. J'étais toujours un peu déçue d'être obligé de rester au Québec tandis qu'ils s'absenter en terre natale. Arthur n'était pas là non plus, il était aux Etats Unis pour un voyage entre amis, dans le but de fêter l'anniversaire d'une connaissance à lui. Je n'ai pas chercher à comprendre pourquoi il faisait le déplacement, Nathalie le connaissait que depuis peu - peut être l'occasion de se rencontrer enfin. Les affaires de mon frère n'étaient pas les miennes. Au final, la maison vide me rendait trop morose pour envisager y rester. J'avais donc prit l'iniative de chercher un petit appartement trois mois avant le départ programmé de mes parents et l'avant anniversaire de Nathalie. Je partageais depuis un loft avec Hysodora Davison-Theret une fille rencontrait récemment - sur le plateau de Mont-Royal. [...] Les cours intensifs s'achevaient sur une semaine de repos complète. Déjà qu'ordinaire je ne sortais pas beaucoup, j'avais passé le mois passé, mon bez plongeait dans les bouquins pour réviser mes matières. Je comptais sur ces sept jours pour faire tout ce dont j'avais envie, sans penser aux études. Cela m'arrivait de temps en temps, oui. Si j'avais une réputation de coincé, l'université n'était pas mon seul centre d'intérêt ! Quand j'avais du temps libre, je prenais mon appareil photo et m'acccordait quelques séances de prises de vues. Cette activité de relaxaient toujours, surtout quand il était question de tirer le portrait au paysage. J'avais en ce moment, la ferme intension de réaliser un book sur les ombres chinoises.

*

Vendredi soir, vingt-deux heures - je sortais tout juste de la douche, mes cheveux secs je fermais la porte de la salle de bain et alluma le poste de télévision pour regarder le film programmé du soir. J'avais l'habitude de visionner les téléfilms du vendredi, même si ces derniers étaient de véritables navets. Je ne saurais dire pourquoi. Le générique de l'émission précédente le film se terminait, enchaînant sur un écran noir pour afficher une succesion de publicités. J'avais dix minutes pour finir de me préparer. J'entrais dans ma chambre et laissa la serviette qui entourait mon corps nu tomber en bas de mes chevilles. J'enfilais mon short et un tee-shirt.

A peine, j'eue ouvert la porte du réfrigirateur que l'on toquait. Je soupirais alors - qui pouvait venir à cette heure ? Hysodora était de sortie et ne serait pas rentré avant minuit et demi. De plus, j'étais en petite tenue du soir, je n'avais pas envie de recevoir du monde. J'ouvrais la glace pour venir la poser sur la table basse du salon, qu'elle se mette à température. Une glace trop dure n'était pas agréable à déguster ! Je jetais un coup d'oeil au juda de la porte - surprise ! Qu'est ce qu'il là lui ? pensai-je. Je me mordais la lèvre inférieure, et entrouva la porte, y passant ma tête. Je le regardais interloqué. N'avait-il rien de mieux à faire un vendredi soir, que de venir ici ?

« Hysodora n'est pas là. » dis-je sans même savoir s'il la connaissait ou bien s'il venait ou non la voir - elle. Je jetais un léger coup d'oeil au miroir du hall d'entrée. J'avais l'air d'une fille qui ne voulait pas sortir, pas coiffée et surtout en petite tenue ! J'aurai dût enfiler quelque chose sur le dos avant de décider à ouvrir.

____________
Gniaaaaa mimi



Dernière édition par Betty-Lou Guillemot le Sam 5 Mar - 0:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
W. Alexis Acosta-Gagnon
    ADMIN — catch me if you can

avatar

Messages : 580
Date d'inscription : 02/05/2010
Age : 24
Pseudo : Fleuve.

well, you're a hot mess and i'm falling for you, and i'm like hot damn let me make you my boo cause you can shake it shake it shake it. yeah you know what to do. you're a hot mess, i'm loving it, hell yes


ma petite vie.
relations :
histoire, en bref:
caractère:

MessageSujet: Re: ♣ and i was like WHAT? - bettylou&william   Ven 4 Mar - 20:40

Louloute mettait du temps à me répondre, mais vraiment. Elle était peut-être avec quelqu'un... J'étais alors réellement le seul à se la jouer solo? C'était la st-valentin et on ne m'avait pas prévenu? Si c'était le cas : je devais arrêter de regarder des émissions sans but et me concentrer sur les nouvelles parce que ma vie sociale, ce qui me tenais probablement le plus à coeur, commençais à s'en ressentir. (vous n'avez tout de même pas cru que j'allais écouter un mec déblatérer des nouvelles aux quelles je ne comprendrai pas un mot, de toute façon, par plaisir? ) J'étais sur le point de re-toquer à la porte, au moins qu'elle vienne me dire bonsoir, quoi, quand j'entendis la voix de ma louloute de l'autre côté de la porte. Elle m'annonça qu'Hysodora n'était pas là. Quelqu'un, qui n'était malheureusement pas moi, avait réussit à la faire sortir? DAMN. Mais bon, ce n'était pas la raison de ma visite, de toute façon, j'avais amplement de temps pour faire craquer la belle blonde sportive qui devait être colocataire de ma louloute. Alors, pour que celle à qui j'étais venu parler m'ouvre la porte, je fis un sourire en direction du judas. Je me sentais un peu comme le voleur dans raiponce : le même charme quoi... haha. J'attendis encore un peu avant qu'elle m'ouvre. Elle n'avait décidément pas son look habituel, et j'allais probablement détoner dans l'ambiance qui semblait être installée dans son loft – elle devait se préparer à une soirée d'étude, la connaissant – mais je m'en fichais. J'entai, comme si j'étais chez moi, enlevant botte et manteau, et m'installant sur le sofa, quand elle, me regardant faire, restait plantée là. « tu sais, j'allais sortir, et je me suis dis : nah, Will', ce soir, tu passes une soirée tranquille pour une fois. Le truc, c'est que, je sais pas si tu es amie avec eux sur facebook avec eux, mais bordel, Milo et Riley se font des soirées sans moi et ça me fait chier. Genre, qu'ils baisent s'ils veulent, dans mon lit s'il le faut, avec mes vieilles capotes si le besoin est là mais au moins qu'ils fassent semblant de s'occuper de moi, je veux dire. Je suis pas un chien qu'on balance comme ça, hein? Tu faisais quoi, au fait, habillée comme ça, je veux dire. » J'avais chaud. Parler autant m'avait énervé, j'étais paresseux de nature, voyez. Alors, pour me rafraichir, j'ouvris un autre bouton de ma chemise. Rien que repenser à cette histoire – et au fait que riley et milo utilisait peut-être de vieilles capotes à moi – m'avais totalement dégouté. J'attendais une réponse de la part de louloute, qu'elle dise un truc intelligent, rassurant, qu'elle joue la psychologue, quoi, comme à son habitude, quand elle était vêtue de vêtements plus ordinaires et que ses cheveux n'étaient pas tout emmêlés comme ils l'étaient en ce moment.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://montreal.forum-canada.net
Betty-Lou Guillemot

avatar

Messages : 137
Date d'inscription : 03/03/2011
Age : 26
Pseudo : Grudge

ma petite vie.
relations :
histoire, en bref:
caractère:

MessageSujet: Re: ♣ and i was like WHAT? - bettylou&william   Ven 4 Mar - 21:03


«Newspaper taxis appear on the shore, waiting to take you away. Climb in the back with your head in the clouds, and you're gone » - william, plateau mont-royal, in loft. chant


writer Son sourire au travers le juda me fit perdre un peu mes moyens. Je détestais quand il faisait ça - que ce soit ce sourire en coin qu'il savait irrésistible ou à sa facheuse habitude de venir me parler dans le creux de l'oreille ; pour me surprendre. A chaque fois cela marché, c'était dingue : un coeur qui pouvait s'affoler pour presque rien. A peine j'avais ouvert la porte qu'il retirait déjà son manteau pour le suspendre dans l'entrée et envoler valser ses chaussure près du paillasson. Je ne pouvais l'arrêter dans son élan et à côté de lui j'avais l'impression d'être molle comme un escargot. Je restais silencieuse et je pensais une nouvelle fois que je n'aurai pas dut ouvrir. Pas qu'il me dérangeait, non - mais pas dans cette tenue merde ! Je me sentais roussir et heureusement il ne me regardait pas encore pour le constater. Will s'installa sur le sofa et commençait a parler tandis que je fermais la porte clef. Un réflexe, une coupure sur le monde extérieur et je me sentais un peu plus en sécurité. Mais une seule pensée pour Will qui était là et mon coeur s'emballait. Je n'aimais pas être seule avec un garçon : je respirais doucement avant de me joindre à lui et m'asseoir à côté.

Quand il prononça le nom de Riley je ne put retenir mes dents de venir mordre ma lèvre inférieure. Je ne voulais plus entendre parler d'elle. Elle n'était plus ce que j'avais connu : ma meilleure amie. Je n'étais plus rien à ses yeux alors à quoi perdre son temps à s'accrocher à quelqu'un qui ne veut plus de vous ? Je soupirai doucement et refoulait les souvenirs d'antant présent dans ma tête.

Et comme d'habitude je ne savais pas quoi lui répondre. C'était idiot car je suis sûr que cela lui aurait fait du bien d'être conseiller. Je n'en étais pas capable surtout concernant Riley et ses nouvelles aventures. Je lui adressai un simple sourire, désolé au fond de moi de n'être capable de rien de plus. Sa question sur la manière que j'étais habillée me semblait un poil stupide mais je commençais à avoir l'habitude de ses hilarantes questions. Comme un réflexe je recouvrais mes jambes du gros coussin posée près de moi, essayant aussi de contrôler le feu de mes joues. Je me sentais ridicule ! Quand est-ce qu'il allait me sauter dessus ? Mon coeur s'emballait et je chassais vite cette pensée désagréable pou répondre. « J'allais regarder la télé...oaui - logique non ? »

Mes yeux dérivaient sur le col de sa chemise, quand il ouvrit un troisième bouton. Merde - je m'étais surprit à compter le palier de son ouverture vestimentaire. Je déraillais complet : la fatigue probablement - ASSUREMENT ! Le téléfilm allait commencer, le générique de début sur l'écran.

« Tu en veux ? » demandai-je en me penchant vers la table basse pour attraper le pot de glace. « Cela te réconforterai sûrement. Les chagrins d'amours ça se règlent comme ça chez les filles. Bon ok, t'es loin d'être une fille mais bon. »

____________
Gniaaaaa mimi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
W. Alexis Acosta-Gagnon
    ADMIN — catch me if you can

avatar

Messages : 580
Date d'inscription : 02/05/2010
Age : 24
Pseudo : Fleuve.

well, you're a hot mess and i'm falling for you, and i'm like hot damn let me make you my boo cause you can shake it shake it shake it. yeah you know what to do. you're a hot mess, i'm loving it, hell yes


ma petite vie.
relations :
histoire, en bref:
caractère:

MessageSujet: Re: ♣ and i was like WHAT? - bettylou&william   Ven 4 Mar - 21:59

Logique? Elle me demandais ça, elle, la fille ultra intelligente à moi, le mec qui n'aurais pas passé le secondaire si ça n'aurait été de Riley qui avait un don pour faire des devoirs des autres en cinq minutes en déjeunant? Non mais. Je ris, légèrement : il ne fallait pas trop, parce que sinon, j'allais paraître encore plus stupide que je ne l'étais déjà. « tu parles vraiment de logique avec moi? Hahaha. Je sais pas ce qu'une fille fait le vendredi soir, quand elle est pas en boîte, moi. » Mon regard allait quitter le sien pour se diriger vers la télé, quand je remarquai le sien qui détournait de sa trajectoire pour passer sur mon torse : Elle était vraiment chou. Elle se retourna rapidement, prenant un pot de crème glacée pour m'en proposer, ajoutant que c'était bon pour les chagrins d'amour des filles, et que ça devait marcher pour les mecs aussi. « Je ne te dis pas non, mais c'est plutôt du au fait que j'ai faim, je suis plus enragé que peiné, tu vois. Mais t'as l'air de bien t'y connaitre. Pas en crème glacée, ni pour reconnaître le sexe d'une personne parce que je veux dire, c'est assez visible, mais en peine d'amour, t'en a souvent eut? J'étais curieux, tout simplement. C'était humain, à ce que j'avais pu comprendre de l'explication que le réseau social donnait, que les humains veulent en savoir plus sur les relations amoureuses des autres. En attendant, je pris une première bouchée de glace. Le mec qui avait inventé ce truc était un génie, malgré le fait que j'allais devoir faire des pompes en rentrant, a moins que la fille toute calme qui était assise a côté de moi devienne soudainement sauvage, ce qui, j'en était persuadé, était impossible, a moins d'un changement aussi brusque que ce que Riley avait fait, ou encore que le film qui commençait se montrait trop... inspirant, ce dont je doutais, vraiment. Je ne dis pas ici que ça m'aurait dérangé qu'elle se transforme en petite diablesse, mais bon. Il ne fallait pas trop en demander non plus : j'allais me retrouver déçu, et ma soirée serait encore plus mauvaise. J'essayai de me concentrer sur le film, qui s'annonçait un navet, même aux yeux d'un aussi pietre cinéphile que moi : pour donner une idée, j'avais trouvé que les films de paris hilton avaient un certain charme. Je fixai l'écran un trente seconde, avant de regarder la belle louloute, qui elle, semblait avoir trouvé une façon appropriée de se concentrer. Je m'approchai donc de son oreille, parce que j'adorais la faire sursauter, c'était un de mes passe temps favoris, je pense. Elle était comme quelqu'un que l'on réveille dans le bus, après, toute déboussolée. Mais aussi parce que j'avais une confidence à lui faire « Ton truc, je le regarde depuis même pas une minute, et j'y comprends déjà rien...»

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://montreal.forum-canada.net
Betty-Lou Guillemot

avatar

Messages : 137
Date d'inscription : 03/03/2011
Age : 26
Pseudo : Grudge

ma petite vie.
relations :
histoire, en bref:
caractère:

MessageSujet: Re: ♣ and i was like WHAT? - bettylou&william   Ven 4 Mar - 22:30


«Newspaper taxis appear on the shore, waiting to take you away. Climb in the back with your head in the clouds, and you're gone » - william, plateau mont-royal, in loft. chant


writer Je ne le trouvais pas stupide : il était intelligent à sa manière. Sauf qu'il ne le montrait pas toujours. Je ne le connaissait pas plus que ça, à vrai dire la première fois que je lui ai dit bonjour c'était à l'époque où Riley était encore ma meilleure amie. Il nous connaissait - enfin plutôt elle. J'avais articulé un misérable bonjour avant de m'éclipser pour aller en cours. Et depuis - rien jusqu'à ce qu'il revienne après avoir assisté une fois de plus à une de mes humiliations. Sur le coup, je n'avais pas sût comment le prendre. Je l'avais écouté parler, jetant des regards deux deux côtés du couloir où des petits groupes de filles nous fixaient ou plutôt me mitraillés du regard. Le pauvre, je n'avais même pas écouté un seul mot de ce qu'il m'avait dit. Ou bien c'était peut être moi à plaindre dans l'histoire : Will avait l'habitude de parler avec une fille - pas moi : parler avec un garçon convoité par toutes les filles. Quand il est parti, j'avais comme l'impression que j'étais un appât pour bestioles enragées - je suis sûre que j'allais finir sous les coups de griffes si je restais plus longtemps dans les parages. La sonnerie avait retentie, me délivrant de mon cauchemar si je ne tenais pas compte des coups d'épaules qu'on me donnait sur mon passage, renversant mes bouquins. Pourquoi je me laissé faire comme ça ? Je ne saurais le dire, peur d'ouvrir ma gueule et de faire rugir la fille méchante enfoui dans moi ? I don't know.

J'avais bien fait de sortir cette glace : mon échappatoire quand il remarqua que je le fixais. Tout naturellement je lui proposais, et il ne refusa pas. Je me posais la question à savoir si cela lui était déjà arrivé de dire moins de trois mots dans une phrase. Je me mordais la langue pour éviter de rire.

« J'aime juste manger de la glace le vendredi soir. » Je ne pouvais pas lui dire que je n'avais jamais vécu un chagrin d'amour - ou encore que je n'avais jamais embrassé un garçon. Que j'étais vierge ? Encore moins, même si je me doutais qu'il le savait. On devait en raconter des mûres et des pas fraîches à mon suejt ! Du genre : tu as vu qui lui parle ? Qu'est ce qu'il lui trouve. C'est pas dans les habitudes de Wiwi de tourner autour de ce genre de filles ! et tant d'autre sûrement pire, avec aucuns rapport avec Will. Du genre : Coincée jusqu'au trou !

Ce téléfilm était un gros navet ! Pire que ça même. Je n'arrivais même pas à me concentrer dessus : je faisais comme si. L'acteur aux cheveux blonds avait plus des airs d'homosexuel - son rôle de dragueur de filles ne lui allait pas du tout. Mais faire semblant d'apprécier le programme était un prétexte juste pour éviter de trop le regarder lui !

J'étais à moitié concentré d'accord mais j'étais tellement idiote que je ne fit pas attention à son approche. Son souffle caressait la peau de mon cou. Si ce n'était que ça. Le son de sa voix, elle me faisait vibrer. Le coeur battant, la main sur la poitrine je calmais les spasms qui étaient survenu à cause de lui. Will m'avait fait peur; à me surprendre comme ça, j'allais mourir un jour où l'autre. Je fermais les yeux un instant et les ouvrit : sur son visage d'ange. Une tête à claque; j'avais envie de le frapper. Il adorait faire ça, je détestais me mettre dans un état pareil à cause d'un simple murmure au creux de mon oreille. Son visage trop près du mien à mon goût - je posais mes mains sur son buste pour le pousser. Cela devait être plus violent, plus sec mais l'un de mes doigts qui avaient malencontreusement glissé dans sa chemise ralenti mon geste. MERDE pensai-je. Je relevais mes yeux vers les siens; les joues rouges. Je le poussait pour l'écarter de moi. Satisfaite car au final je m'étais montré forte sur le coup. Cela avait été sec, bref, précis.

____________
Gniaaaaa mimi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
W. Alexis Acosta-Gagnon
    ADMIN — catch me if you can

avatar

Messages : 580
Date d'inscription : 02/05/2010
Age : 24
Pseudo : Fleuve.

well, you're a hot mess and i'm falling for you, and i'm like hot damn let me make you my boo cause you can shake it shake it shake it. yeah you know what to do. you're a hot mess, i'm loving it, hell yes


ma petite vie.
relations :
histoire, en bref:
caractère:

MessageSujet: Re: ♣ and i was like WHAT? - bettylou&william   Ven 4 Mar - 23:39

« moi le vendredi soir, habituellement je bois comme un trou. Ça doit avoir un même effet quelque part, non? » Bon, certes, les effets étant un peu différents, et la gueule de bois était plutôt difficile à avoir dans l'un des cas, mais bon. Un autre point commun que les deux aliments avaient en commun était qu'ils étaient tout les deux délicieux. Comment meubler son esprit quand l'on s'ennuie un vendredi soir par William Alexis Acosta-Gagnon Surtout quand l'on regarde un navet pareil. C'était insoutenable. Pourtant, j'avais tout de même réussit a surprendre, malgré le fait qu'elle avait l'air d'avoir hésité, elle m'avait poussé assez fort. Une vraie femme quoi, exit la petite fille fragile, elle prenait un petit penchant dur. Je ris, atterrissant sur un coussin du sofa. C'est qu'elle avait des muscles. « Elle a des muscles ma louloute! » dis-je en souriant avant de sentir, dans ma poche, mon Iphone vibrer. C'était Riley qui me facebookait pour savoir si je rentrais. Je répondis rapidement, puis, je remarquai que j'avais plein de notifications. Betty-Lou Guillemot aime votre photo.  Je la regardai, avec mon sourire en coin. Oh oh oh. « On aime mes photos mademoiselle Guillemot? » en fait, ce n'était pas une question : j'en avais la preuve écrite, a mois que ce ne soit qu'une mauvaise blague de quelqu'un qui lui aurait volé son compte, mais j'en doutais. J'allais peut-être rentrer un peu plus tard que prévu, finalement. En attendant sa réponse, je continuai à la regarder ; je n'y pouvais rien, j'étais tombé des nues. Réaliser ça, là, maintenant, ça embellissait mon vendredi soir. Pas que j'étais du genre à trouver si importante l'opinion des autres... enfin... Si. Mais savoir qu'une personne comme elle était prête à me liker comme ça sur facebook, ça ne pouvait que me flatter, je veux dire, qui ne le serait pas. Elle, semblait un peu timide, je veux dire, en même temps, ça devrait être une réaction normale, ce n'était pas non plus comme si j'étais sa meilleure amie a qui elle dit tout quand elles... faisaient des trucs de fille. J'étais le mec sur les photos qu'elle aimait. C'était donc à moi de la mettre à l'aise? Je cherchai un moment quoi lui dire, et je me dis que dire la vérité serait probablement le mieux; « Je suis très flatté, Lou.» Je lui souris, d'une façon moins charmante, mais plus sincère. Comme mon grand-père m'avait dit d'être avec les dames. Comme mon père devait avoir été. Bref.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://montreal.forum-canada.net
Betty-Lou Guillemot

avatar

Messages : 137
Date d'inscription : 03/03/2011
Age : 26
Pseudo : Grudge

ma petite vie.
relations :
histoire, en bref:
caractère:

MessageSujet: Re: ♣ and i was like WHAT? - bettylou&william   Sam 5 Mar - 0:15


«Newspaper taxis appear on the shore, waiting to take you away. Climb in the back with your head in the clouds, and you're gone » - william, plateau mont-royal, in loft. chant


writer Et je restais conne, je faisais de mon mieux pour passer outre ce petit détail : mon doigt qui avait effleuré sa peau. «Oaui peut être, je n'ai jamais prit de cuite donc j'en sais rien. » avouai-je.

Noyer son chagrin dans l'alcool, tout le monde le faisait c'est vrai : j'étais une exception à la règle. En plus d'être une élève studieuse et une coincée encore vierge, je devais être un extraterrestre. Sûrement ! Je voulais lui demander si je prenais des teintes vertes mais soit il allait me demandait si j'avais envie de vomir ou bien il allait faire allusion à mes joues rouges. Hors de question. J'abandonnais ce choix de discussion.

Je ne m'ennuyais pas, c'était le feuilleton qui ennuyait la soirée. Je me levais du canapé pour aller chercher a télécommande. Je ne me rappellais pas où l'avoir mise. En plus d'être maladroite j'étais tête en l'air : génial ! En plus de payer ma tête William allait pouvoir reluquer mon corps si l'idée lui venait. En même temps, quand je m'agitais pour rechercher un objet c'était du grand spectacle ! Je tentais de calmer mon sentiment de frustration envers cette fichue commande. Garder son calme, faire preuve de sang froid, tu peux le faire ! pensai-je pour m'encourager.

Je n'avais pas plus tenue compte de sa remarque sur mes soit disant muscles. J'étais bien trop occupée en ce moment pour répondre. Plus les secondes défilaient et plus je commençais à m'énerver. Tout était contre moi ce soir ! La porte qui ne voulait pas s'ouvrir quand je fus rentré à cinq heures de l'après-midi ou encore l'eau chaude qui ne voulait pas venir ! Je m'étais caillé pendant cinq minutes avant d'en avoir. Ce n'était décidement pas ma journée, alors peut être qu'une bonne soirée tranquille pourrait être à ma portée après cette carte aux trésors remixée ! Ce feuilleton m'hérissait le poil. Je ruminais un peu, puis vaincu - mais pas perdante, j'appuyais sur le bouton de la télévision et me déclara gagnante du combat - avec brihot !

William me regardait bizarre - trop à mon goût ! Je le fixais dans les yeux, me posant mille et unes questions. Je me dépêchais de revenir m'asseoir persuadée qu'il se rinçait l'oeil sur mes formes. Et merde ! Mon coeur s'emballait et je commençais à avoir peur... Je laissais une certaine distance entre lui et moi. Je restais silencieuse.

Puis comme un coup de feu tirait en plein coeur, sa question ou plutôt le fait qu'il constatait à l'instant que j'aimais un bon paquet de ses photos sur FB - il me tua. Je cherchais un objet dans ce salon pour le fixer. Et pourquoi j'avais éteind la télévision ? Au moins il n'y avait pas ce silence pesant : il y aurait eut les voix de de blond pseudo hétéro et les répliques nunuches de le brune pétasse tueuse à gage ! Je me maudissais.

Sa dernière phrase : la totale ! Je me mordais la lèvre inférieure et essayait de réfléchir à ce que je pouvais lui dire maintenant, tout de suite et éviter une fois de plus de paraître ridicule. Sauf que tout se mélangeait et je n'aboutissais à rien. « Tu...je range la glace ou tu en veux encore ? » Je ne lui avais même pas laisser le temps de répondre que je m'étais encore levée, que le pot était dans mes mains et que je traçais vers la cuisine pour la remettre au congelo. Je lui demandais s'il voulait boire, cachait derrière le frigo ouvert.

____________
Gniaaaaa mimi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
W. Alexis Acosta-Gagnon
    ADMIN — catch me if you can

avatar

Messages : 580
Date d'inscription : 02/05/2010
Age : 24
Pseudo : Fleuve.

well, you're a hot mess and i'm falling for you, and i'm like hot damn let me make you my boo cause you can shake it shake it shake it. yeah you know what to do. you're a hot mess, i'm loving it, hell yes


ma petite vie.
relations :
histoire, en bref:
caractère:

MessageSujet: Re: ♣ and i was like WHAT? - bettylou&william   Sam 5 Mar - 1:22

« tu sais, il faut faire des essais dans la vie, sinon, on manque des trucs. Mais bon, c'est bien, parfois, d'avoir un peu de contrôle je suppose. »

Après cela. Je crois qu'elle a péter un câble. Ma Louloute c'est levée, éteint la télé, me fixa pendant que je lui parlait, se rassit, prit la crème glacée que j'avais dans les mains me demandant si j'en voulais toujours et partant, glace dans les mains, sans attendre ma réponse. C'était ça la folie? Où est ce que j'avais été trop loin? Pourtant, je n'avais rien dit de si grave, c'était normal de bien aimer certaines personnes, on n'était plus au jardin d'enfants. Même là, au jardin d'enfant, j'avais déjà des petites amies. Je crois même me souvenir que j'en avait parler a ma mère, avant qu'elle brûle comme une sorcière sur le bûcher. Peut-être que Lou était d'une religion qui l'empêchait d'avoir des petits amis, ou un truc du genre. Peut-être que ses parents l'avaient élevée en lui disant que les hommes n'étaient que des chiens.... Peut-être qu'il y avait trop d'options, et que j'allais me brûler la cervelle à essayer de tout résoudre en pensant. Ça n'avait jamais été mon genre... J'étais un homme d'action. Alors, je me levai. Elle n'avait pas attendu ma réponse et ça m'énervait. J'en voulais encore de cette glace qui enlève les soucis. Je m'approchai du réfrigérateur, elle était la glace en main. Je tins le pot, touchant par la même occasion, je voulais voir réaction... Qui fut de me laisser là,pot en main, pour aller devant son ordinateur. De loin, je reconnu Facebook, je me dis donc que je pouvais suivre sur mon téléphone. C'était un beau n'importe quoi. Réellement. Des non-sens par dessus d'autres, même moi, qui pourtant avouait ne pas être une lumière le voyait. Une chose était certaine, je n'allais pas dormir à l'appartement cette nuit. Dans le pire des cas, j'irais chez ma grand-mère, mon vrai chez moi. Je commentais la publication, écrit un truc sur le mur de Riley et me mit célibataire. J'avais plus envie de jouer aux animaux avec elle de toute façon. Je regardai à l'autre bout de la pièce, les petites épaules de ma louloute qui sautillaient. Merde quoi. Je m'approchai d'elle, m'abaissai pour être à sa hauteur. « tu sais qu'elle dit n'importe quoi hein. T'as pas besoin d'être comme elle. T'es géniale comme ça, et elle le sait, c'est pour ça qu'elle... fait ce qu'elle fait. » cherchant a la réconforter, je passai ma main sur son épaule un peu comme mes grands parents faisaient avec moi.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://montreal.forum-canada.net
Betty-Lou Guillemot

avatar

Messages : 137
Date d'inscription : 03/03/2011
Age : 26
Pseudo : Grudge

ma petite vie.
relations :
histoire, en bref:
caractère:

MessageSujet: Re: ♣ and i was like WHAT? - bettylou&william   Sam 5 Mar - 1:47


«Newspaper taxis appear on the shore, waiting to take you away. Climb in the back with your head in the clouds, and you're gone » - william, plateau mont-royal, in loft. chant


writer Une fois de plus je sursautai. Sauf que là il n'avait même pas eut besoin de me parler pour me surprendre. William attrapa le pot de glace à a vanille en m'éffleurant l'épaule. Avait-il fait exprès ? Peut être, peut être pas. Je me depêchais de refermer le frigo et m'éloigna vers mon ordinateur.

Cette soirée, est-ce que je l'avais dit qu'elle s'annonçait catastrophique ? Riley avait posté sur mon mur Facebook. Je fronçais des sourcils et cliqua sur l'icone de notification. La page chargeait et s'affichait sur le message de mon ex meilleure amie. Je ne comprenais pas son but, un simple point d'interrogation et une discussion déferla ensuite. Je jetais un coup d'oeil devant moi - William n'était plus là. Une nouvelle notification, il avait commenté le message de Riley et après sa réplique tout s'enchaîna un peu plus. Je lui disais ce que j'avais sur le coeur. Puis j'abaissait l'écran de mon ordinateur. Une larme coulait le long de ma joue. J'avais envie de la tuer, de lui crier dessus encore un peu plus fort mais cela ne servira à rien : alors à quoi bon s'accrocher. Elle me manquait c'est vrai mais jamais je n'irai lui dire - surtout après cela.

William était de nouveau là, je n'avais même pas eu le temps de respirait qu'il me parlait - pour me réconforter. Sa main sur mon épaule me fit un électrochoc, un peu plus encore. J'en avais assez. Il s'était relevé et je n'avais pas eu le courage de me retenir : je me serrais tout contre lui, ne lui laissant même pas le choix, s'il voulait oui ou non me faire un quelqueconque câlin. Je fermais les yeux, ma tête sur son torse. J'avais beau être un peu grande, lui était plus que ça ! Will faisait presque deux têtes en plus. De la marge !

Je m'écartais, prenant conscience de ce que j'avais fait. J'avais un peu honte : pleurer devant lui était la dernière chose que j'avais voulu en lui ouvrant la porte ce soir. C'était fait, tant pis - après tout je ne pouvait pas revenir en arrière. Je le regardais dans les yeux et articula un « Merci » tout tremblant. Je lui déclarais avoir besoin de quelques cuillères de glace, encore. Je passais une main dans mes cheveux pour enlever la mèche de devant mes yeux.

« Tu es sûr que tu n'as pas mieux à faire ? Il y a rien de divertissant à rester avec une fille qui pleure... »

Assis sur le canapé, le cousin sur mes jambes je mange une nouvelle cuillère de glace à la vanille - et je m'en mets un peu sur la bouche. Je n'ai jamais su manger correctement quand quelqu'un me regardait. Je m'essuyais la bouche d'un revers de main et posa le pot sur la table.

____________
Gniaaaaa mimi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
W. Alexis Acosta-Gagnon
    ADMIN — catch me if you can

avatar

Messages : 580
Date d'inscription : 02/05/2010
Age : 24
Pseudo : Fleuve.

well, you're a hot mess and i'm falling for you, and i'm like hot damn let me make you my boo cause you can shake it shake it shake it. yeah you know what to do. you're a hot mess, i'm loving it, hell yes


ma petite vie.
relations :
histoire, en bref:
caractère:

MessageSujet: Re: ♣ and i was like WHAT? - bettylou&william   Sam 5 Mar - 2:30

Riley avait été trop loin. Ce n'était pas comme si c'était la première fois, mais là c'était trop; J'étais là et j'avais vu les effets. Ma louloute pleurait, dans mes bras. Je n'avais pas donné de câlin de la sorte depuis que ma petite soeur, Ella, avait commencé a sortir avec ce connard de Cody, il y a un an. À quelque part, je crois que le rôle de grand-frère me manquait. Je l'accueillit dans mes bras comme il le fallait, lui donnant de même type de câlins aux quels ma petite soeur avait le droit, avant qu'elle n'en veule soudainement plus. Elle recula après un petit moment, le besoin de crème glacé étant trop fort, juste après m'avoir remercier pour ce câlin. « ça fait plaisir. Glace, on disait? » elle retourna s'asseoir, moi restant debout. Elle me demanda si je n'avais pas mieux à faire. Je pouvais certes toujours aller en boîte, mais l'envie n'y était pas vraiment. Je ne pouvais pas vraiment rentrer chez Riley, de toute façon, elle allait occuper mon propre lit. Je pouvais toujours me rendre chez mes grands parents, mais les écouter parler et crier après ma soeur ne m'intéressait pas vraiment. Il y avait aussi l'option de visiter la tombe de mes parents, mais je ne l'avais pas fait depuis mes cinq ans : ce n'était pas un soir d'hiver, 15 ans plus tard que j'allais le faire. Alors, j'étais certain de n'avoir rien de mieux a faire, qu'être avec elle, qui, je le crois, avait besoin de moi. « Non, j'ai rien de mieux a faire, et puis, tout le monde pleure, même moi, l'homme de fer.» dis-je en m'asseyant tout près d'elle, pendant qu'elle mangeait ses quelques cuillerées de glace. Je la regardai faire en souriant. Elle était comme dans un autre monde. Dans sa bulle. Elle s'essuya la bouche, mit le pot sur la table. Elle se recula sur le sofa, assez pour que je vois son visage correctement. Elle était magnifique. Vraiment. Il n'y avait rien a revoir sur elle. Son regard, surtout, était fascinant. Profond, vraiment profond, assez pour que l'on s'y perde. Sans trop le remarquer, probablement par habitude, je m'étais rapproché d'elle. Rendu assez près pour que mon souffle soit mêlé au sien, je me dis que, premièrement, si elle ne m'avait pas encore repoussé, il n'y avait pas de raison pour reculer, et que, deuxièmement, elle avait une odeur délicieuse. Lentement mais sûrement nos lèvres se touchèrent, chastement.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://montreal.forum-canada.net
Betty-Lou Guillemot

avatar

Messages : 137
Date d'inscription : 03/03/2011
Age : 26
Pseudo : Grudge

ma petite vie.
relations :
histoire, en bref:
caractère:

MessageSujet: Re: ♣ and i was like WHAT? - bettylou&william   Sam 5 Mar - 3:04


«Newspaper taxis appear on the shore, waiting to take you away. Climb in the back with your head in the clouds, and you're gone » - william, plateau mont-royal, in loft. chant


writer Je lui avait sourit et était parti glace en main jusqu'au salon. Il avait tarder à me rejoindre mais la tentation de la vanille avait été trop forte ! Car il venait sûrement pas pour me voir me goinfrer alors que lui n'allait pas en manger. Il était tard mais je n'en avait même pas conscience.

William s'installa à côté de moi, avec une proximité dont je tenais pas compte trop absordée par ce que je mangeais. Comme s'il était pas là - de une je n'avais même pas entendu sa réponse, enfin mais si cela ressemblait plus à gros brouhahaha. Quand je perdais mon sang froid, il m'arrivait toujours d'être dans une bulle pendant quelques minutes. J'espérais (même si je n'étais pas réellement consciente pour en tenir compte) qu'il n'allait pas se lasser et se demander si j'étais folle de ne rien dire.

J'ignorait à quoi je ressemblais quand il m'arrivait de faire cela - et je ne voulais pas le savoir. Pour me mettre encore plus mal à l'aise ? Non merci. Quand j'estimais que j'avais assez avalé de taux de vanille glacée je m'étais reposée dans le coin du fauteuil et avait logé un cousin entre ma poitrine et mes genoux. Mon regard était toujours un peu perdu, survolant la matière du tapis de salon. Je clignais des cils doucement, et m'apaisait à ma façon. Puis je relevais les yeux et eut dut mal à réaliser ce qu'il se passait.

William était tout proche de moi, peut être un peu trop - d'une part je n'avais pas l'habitude et mon coeur s'aballait tout seul sans que je puisse arriver à le calmer ou empêcher sa folie soudaine et d'autre part parce qu'il était déjà trop tard. Sa bouche s'était posée sur la mienne, me laissant goûter à la douceur d'un premier baiser. Une drôle de sensation brûlait en moi. Je ne saurai dire quoi exactement mais je flanchais. C'était tout nouveau pour moi. C'était dingue - dingue - et encore dingue ! William m'embrassait. Il était doux, c'était fou. J'avais fermé les yeux sans m'en rendre totalement compte. Je détachais mes lèvres des siennes et voulu m'écarter, mais je ne pouvais pas : j'étais déjà au plus profond du fauteuil. Merde pensais-je.

Le regarder dans les yeux me demandait beaucoup de courage, ma gorge se nouait et mon coeur ne voulait plus se resaissir ! Dans quelle situation m'était ai-je embarqué ? Dans quel état avait-il osé me mettre ?

Qu'est ce que je devais dire maintenant ? I don't know. Je ne cessais de le fixer encore et toujours - puis baissa la tête, le feu aux joues.

« Pourquoi t'as fait ça ? » demandai-je un peu plus calme.

____________
Gniaaaaa mimi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
W. Alexis Acosta-Gagnon
    ADMIN — catch me if you can

avatar

Messages : 580
Date d'inscription : 02/05/2010
Age : 24
Pseudo : Fleuve.

well, you're a hot mess and i'm falling for you, and i'm like hot damn let me make you my boo cause you can shake it shake it shake it. yeah you know what to do. you're a hot mess, i'm loving it, hell yes


ma petite vie.
relations :
histoire, en bref:
caractère:

MessageSujet: Re: ♣ and i was like WHAT? - bettylou&william   Sam 5 Mar - 3:46

Elle recula. Trop tôt, selon moi. Elle avait l'air toute déboussolée, comme si c'était la première fois qu'un truc aussi simple lui arrivait. Elle me demanda pourquoi j'avais fait un truc pareil, quand moi même, je n'en avait aucune idée. C'était l'impulsion, l'envie, les hormones, tout ses concepts scientifiques aux quels je ne comprenais rien, de toute façon. Seulement, je savais que ça avait été d'une douceur merveilleuse, contrairement a ses femmes que je pouvais rencontrer dans les bars qui sortaient littéralement la langue en m'approchant. Je lui sourit en m'étirant, un truc tout bête comme ce baiser avait des propriétés vachement revigorantes, selon moi. Limite, j'avais envie d'aller courir un marathon, ok, peut-etre un demi, mais un marathon tout de même. « Sérieusement, j'en ai aucune idée louloute, mais je sais que c'était bien... enfin, toi, c'était correct, je veux dire, pas si mal ? » Je regardai ma montre. Il commençais à ce faire tard, il fallait que j'appelle ma grand mère pour lui dire que j'allais rentrer, pour ne pas qu'elle me prenne pour un voleur et qu'elle me tabasse : parce qu'elle était capable de le faire. « Je reviens, je dois appeler mes grands-parents si je veux pouvoir aller dormir là bas, parce que j'ai pas vraiment envie de rentrer chez... bref. » même moi je n'avais pas envie de dire son nom, elle était trop stupide. Elle m'avait fait perdre trop de temps pour que je m'attarde à dire les deux syllabes qui composaient le prénom de la personne qui avait foutu cette soirée – qui c'était tout de même bien finie, selon moi - en l'air. J'attendis tout de même que Louloute me réponde un truc – en fait, je pense que j'avais envie qu'elle m'invite à rester – quand mon téléphone sonna, c'était ma grand mère, de toute façon. Je lui dis que je rentrai, elle semblait vraiment heureuse, elle n'aimait pas riley, et avec raison, je le comprend maintenant. Je n'allais donc pas mourir tabassé par ma propre mamie. Soulagement. Je fermai mon téléphone avant de retourner à Louloute. « Dis, je t'ai pas gâché ta soirée, j'espère,le film, tout?»

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://montreal.forum-canada.net
Betty-Lou Guillemot

avatar

Messages : 137
Date d'inscription : 03/03/2011
Age : 26
Pseudo : Grudge

ma petite vie.
relations :
histoire, en bref:
caractère:

MessageSujet: Re: ♣ and i was like WHAT? - bettylou&william   Sam 5 Mar - 4:13


«Newspaper taxis appear on the shore, waiting to take you away. Climb in the back with your head in the clouds, and you're gone » - william, plateau mont-royal, in loft. chant


writer Il s'éloignait enfin de moi pour s'étirer. Je le regardais faire en silence. Puis il répondait à ma question pour la compléter par une autre à laquelle je devais répondre à mon tour. Je respirais plus doucement, tout allait un peu mieux dans ma petite tête, tout reprenait sa place normale, tout retrouvait un état serein. Enfin je crois. « Ca va oui. Enfin je veux dire...bref voilà quoi. » Je bafouillais comme une idiote et je n'arrivais pas à aligner une phrase potable. Tant pis, il devra se contenter de cette misérable réponse. Je n'étais pas capable de plus pour ce soir. Trop d'émotions vous dis-je !

Je l'écoutais parler de ses grands-parents et de son problème concernant l'endroit où il allait bien pouvoir dormir cette nuit. Un sourire en coin et rien de plus. J'aurai aimé lui proposer de rester dormir ici mais à part le sofa il n'y avait rien d'autre pour dormir que mon lit. Je ne me voyais pas m'assoupir tout près de lui. Cela non. Pour tout vous dire, je ne réalisais même pas encore ce qui venait de se produire.

Il fût de retour quelques minutes après son appel. Je me concentrais sur un cousin en face de moi pendant qu'il s'était retiré dans la cuisine pour téléphoner. Je me posais mille et unes questions que je ne voulais plus me relâter en fait. J'avais peur - et j'essayais de faire semblant que tout allait bien. Dur, trop dur. Mais j'excellais assez là dedans, faire comme si - une de mes grandes spécialités. Comment vous croyez que j'arrive à passer outre les remarques que j'ai droit quand je suis à l'université ? Je fais la sourde ! Et pourtant, à partir de ce soir, mon doigt me disait que cela allait être plus compliqué qu'avant. Est-ce à cause du baiser que m'avait donné William ? I don't know.

William me tira de mes réflexions. Je le regardais, me levais et lui répondais enfin. Je me trouvais super longue à la détente ce soir, catastrophique, même pire ! « C'était un gros navet, t'inquiète pas. Et non, tu ne m'a pas... » Elle hésita un instant. « ... tu n'as pas gâché ma soirée. » Une petite dérivation dans ma réponse, passons.

Je marchais vers le hall d'entrée et tourna la clef dans la serrure pour ouvrir la porte. « Rentre bien et bonne nuit surtout. » concluai-je. Je me mordais la lèvre inférieure en attendant qu'il enfile ses chaussures et son manteau. Le courant d'air du froid venait caresser mes jambes nues et je commençais à trembler.

*

Une fois la porte refermée derrière William, je la verrouillée aussi et resta là un moment à relater les évenements de cette soirée en passant par sa visite surprise, la glace, le coup de Riley puis ce baiser. Le battement de mon coeur accélérait, me rappellant aussi cette panique qui avait naquit en moi quand ses lèvres étaient venues à la rencontre des miennes. Délicieuses quand j'y repensais. Je fermais les yeux et essayer de chasser l'image de William - sans succès.

J'allais m'allonger dans mon lit après avoir rangé la glace - perturbée, troublée et complètement paumée. Et si, et si...et si ? Je fermais les yeux, ne voulant plus être hanté par Will. Raté, cette nuit je rêvais de lui. Je crois que je tombais amoureuse de lui et je flippais à mort, oaui ! Outch.

____________
Gniaaaaa mimi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
W. Alexis Acosta-Gagnon
    ADMIN — catch me if you can

avatar

Messages : 580
Date d'inscription : 02/05/2010
Age : 24
Pseudo : Fleuve.

well, you're a hot mess and i'm falling for you, and i'm like hot damn let me make you my boo cause you can shake it shake it shake it. yeah you know what to do. you're a hot mess, i'm loving it, hell yes


ma petite vie.
relations :
histoire, en bref:
caractère:

MessageSujet: Re: ♣ and i was like WHAT? - bettylou&william   Sam 5 Mar - 4:44

Terminé - corbeille :)

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://montreal.forum-canada.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ♣ and i was like WHAT? - bettylou&william   

Revenir en haut Aller en bas
 
♣ and i was like WHAT? - bettylou&william
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Portugal 19 Tonga 24
» ASM Clermont Auvergne 2010/2011: un statut à assumer
» Le stade Armandie les attend (Sud Ouest)
» William en stage chez les grands :)
» donnaconna vs st-marc vidéo combat du 20 dec 09

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Montréal. :: L'amuserie :: ♣ corbeille-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit